La genèse du lieu

Au début, était le Néant

Le fenil tel que je l’ai trouvé, c’était un endroit à l’abandon, un peu inquiétant, plutôt dangereux. Une fois débarrassé et nettoyé, ça allait déjà mieux.

(avec une photo de chaque côté)

Avant le Temple de la Femme

Je m’étais donné 5 ans, depuis ma première exposition conséquente en 2013 au Carrousel du Louvre, pour dépenser mon énergie sans compter en expositions dans des salons ou des galeries, à courir dans tous les sens pour montrer mon travail et le faire connaitre en l’associant à mon nom auprès d’un public avisé.

Jusqu’à 2014 environ, je stockais mes sculptures achevées dans l’ancien fenil de la ferme.
C’était un lieu d’une très belle énergie, où une foule de œuvres partageaient l’espace dans des conditions genre “heure de pointe”. L’effet avait son charme ….

(une ou deux photos à placer)

De l’idée à la mise en oeuvre

Une idée qui germait petit à petit dans ma tête : 5 ans après 2013, c’est mai 2018 et je voudrais commencer à ne plus aller courir le monde avec mes sculptures que pour le plaisir du voyage et de la rencontre.

Pour faire cela sereinement, il me faut montrer mon travail en permanence dans un écrin ajusté mais vaste, sur le lieu même de mon atelier.

Alors je me suis mis à installer une salle d’exposition dans le fenil, avec l’idée d’un mezzanine et de elles vieilles poutres (dont une de plus de 7m50) pour mieux profiter du volume disponible.

Les défis techniques – les escaliers

Je voulais un accès singulier, sûr et confortables à la mezzanine, nous avons donc développé des escaliers métalliques à limon central avec mon voisin et ami (et artiste) David Chaîne.

Les défis techniques – les étagères volantes

Il me fallait marier les matériaux que j’aime, bois métal et terre, bien entendu, tout en restant dans une grande légèreté.

J’ai trouvé un tronc de Tremble tout à fait adapté à mon besoin pour réaliser des “étagères volantes”, soutenues par des filins d’acier très fins (4mm) soutenus par la charpente ancienne du fenil.

(une photo de chaque côté ?)

Première inauguration en octobre 2016

Juste à temps, comme toujours, nous avons achevé les travaux et installé les sculptures dans le fenil et la mezzanine, pour faire une première inauguration en présence de notre maire, Agnès Genthon, et de notre députée Emmanuelle Anthoine.

Une nouvelle salle pour accueillir les sculptures

Au cours de l’année 2017, nous avons travaillé à la création d’un nouvel espace en réalisant un étage au dessus de mon atelier à l’arrière de la maison, et en perçant une ouverture dans le mur en pisé  pour qu’il communique avec le fenil.

Deuxième inauguration en octobre 2017

J’ai travaillé en parallèle sur la création de cette nouvelle salle et sur une sculpture monumentale que je souhaitais inaugurer ensemble. Bien entendu, nous avons terminé les chantiers et installé la sculpture l’avant-veille de l’inauguration.

De nouveau, Agnès Genthon et Emmanuelle Anthoine (maire et députée) étaient des nôtres pour cette inauguration.

L’annexion des espaces voisins

Au cours de l’année 2018, nous avons trouvé le moyen d’investir les espaces au dessus de la terrasse au nord-est, ainsi que la terrasse au sud-ouest.

L’inauguration de ces nouveaux espaces, ainsi que le baptême de notre nouvelle association, les “Ambassadrices du Temple de la Femme”, en charge de la gestion du Temple de la Femme, est prévue pour le 25 et 26 août 2018.

(prévoir la place pour deux photos, dont celle de la terrasse à réaliser)

La signalétique

2018 est aussi l’année d’un travail considérable sur la signalétique, car il n’est pas facile d’aider les visiteurs à trouver mon lieu au bout d’une chemin de terre.

Une première phase est la signalétique “non officielle”, mais entendue avec les représentants de la commune. (photo à venir).

La phase suivante est la mise en place d’une signalétique officielle, en collaboration avec la Communauté de Commune Porte Drôme Ardèche, qui me soutient dans ce projet. (photo à venir)